XXX
XXXX

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· 00-SUPRESSION (2)
· 300 (9)
· A FUNNY CAT (183)
· A KOREAN MOVIES (3)
· A LA HIERARCHIE CELESTE DENIS AREOPAGITE (2)
· À la programmation mentale (14)
· A LA PUB CLASSE (2)
· A le serviteur souffrant (2)
· A NEWS OF WORLD (139)
· A NIPPON MOVIES (1)
· À ROGER DEAN (60)
· A-Tremblement de terre dans le monde (1)
· ACTUALITE FRANCAISE (34)
· ACTUALITÉS SUR ISRAËL (11)
· Agneau Immolé (17)
· AKITA, APPARITION DE LA VIERGE MARIE (3)
· ANGES (7)
· ANIMUSIQUE (3)
· Annexes (15)
· ANONYMOUS (12)
· Apparition en Amazonie (1)
· APPLE VS MAC (65)
· Archange Michel Archange (51)
· Arche d'Alliance et Jérémie (3)
· Arthur Rimbaud (8)
· ASIA BIBI (3)
· ATTENTION POLE SANTE (1)
· AU COMMENCEMENT LES M&M'S (2)
· Aux mystères de Lumières (4)
· BABYLONE (6)
· Berechit (2)
· BLADE RUNNER (3)
· BORN VILLAIN MARILYN MANSON (18)
· Brigitte de Suède (1)
· Clive Lewis (2)
· Commentaire du Rosaire (1)
· CONSÉCRATION DE LA FRANCE À MARIE (1)
· Cosmos photos (2)
· CULTURE PUB (101)
· Dialogue entre Jésus et Satan en 1884 (1)
· DRUIDISME (8)
· ÉGLISE BRÛLÉES (20)
· Église en détresse (5)
· Fin du Monde Présent du père arminjon (3)
· Final Fantasy VII Advent Children (5)
· FUKUSHIMA DAI-ICHI (5)
· GLADIATOR (3)
· Golden Dawn et J. Parsons (1)
· GOLDMAN SACHS (6)
· HACKER GALLERY (12)
· HADOPI VS SOPA (7)
· Harry Potter (2)
· Hénok et Élie (2)
· Hildegarde de Bingen (1)
· HISTOIRE (1)
· Humanum Genus (2)
· Humour (1)
· Jean de la Roquetaillade (1)
· Jeanne la Pucelle, Fille de Dieu (5)
· Jérôme Savonarole (3)
· John R.R. Tolkien (1)
· Karol Wojtyla VS Jean Paul II (1)
· L'Affaire Rampolla (7)
· L'Antichrist (26)
· La cathédrale de Porvoo (4)
· La construction de la ziggurat de Babel (3)
· La loi de Dieu contre la loi des hommes (1)
· La prédestination de saint Michel (2)
· LA PUCE RFID (4)
· La rune SIGEL (9)
· La Sorcellerie à travers les âges (2)
· La sybille Tiburtine et Pie X (1)
· La Troisième partie du secret de Fatima (1)
· LA VIE DES PATRIARCHES (2)
· La vision prophétique de Merlin (1)
· Le Beit Hakmidash (24)
· Le Festin Divin (1)
· LE MAHDI (1)
· Le message de la Salette (4)
· Le Messie de la Kabbalah ou l'AntiChrist (14)
· Le Miserere d'Allegri (2)
· LE MONDE DES ELFES (80)
· LES MYSTERES DE L'ANCIENNE ALLIANCE (6)
· LES 24 PROTOCOLES (8)
· Les Planètes Habitées (5)
· Les révélations de Méthode et Andronicus (1)
· Les SEPT béatitudes Apocalyptiques (1)
· Les sept Églises (1)
· Lourdes Août 2010 (2)
· L’AntiChrist dans le catéchisme (1)
· MAD MAX II (26)
· MARCEL VAN (3)
· News du monde et de l'Église (12)
· News of Ukraine (1)
· Nouvelle de l'Eglise d'Asie (1)
· Nuages Aspiratus (5)
· Photo volcan, tsunami, astéroide (35)
· PUB & CO° (15)
· RON COBB (26)
· SMILES (41)
· SPACE SHUTTLE (15)
· TANGERINE DREAM (5)
· TSUNAMI JAPON II/03/2011 (1)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 28.12.2010
Dernière mise à jour : 27.11.2014
1809articles


Supression

Publié le 23/11/2014 à 14:54 par laparousiedejesus

Je souhaite supprimer mon blog

Sans appel

Publié le 22/11/2014 à 19:21 par laparousiedejesus
Sans appel

Je supprime ce blog pour raison personnel et professionnel, dès la fin de cette semaine

Constat en France

Publié le 20/10/2014 à 19:20 par laparousiedejesus Tags : mgr michel jouisse éveque égypte intégristes islamistes chez bonne france amis dieu

Communiqué de Mgr Michel Mouïsse, évêque de Périgueux et deSarlat

 

 

-« L'Œuvre d’Orient » en France vient d’attirer l’attention des évêques sur les lieux chrétiens incendiés ou saccagés en Égypte depuis le 14 août 2013, c’est effrayant. Jusqu’à la mi-août, les chrétiens avaient subi des violences ponctuelles et des discriminations, ce qui déjà était insupportable. Mais depuis, il y a euune vague considérable de persécutions et de destructions qui viennent des intégristes islamistes :

 

 

-39 églises ont été pillées, saccagées et brûlées entièrement ou bombardées.

 

 

-23 églises ont été attaquées par jets de pierre, Molotov, balles, et assiégées.

 

 

À cela, il faut ajouter 6 écoles et couvents brûlés, 7 installations appartenant aux églises entièrement brûlées et 5 maisons, pharmacies, magasins, hôtels, 75 autocars et voitures appartenant aux coptes, pillés, saccagés et brûlés entièrement.

 

 

C’est effrayant et catastrophique.

 

 

Et devant cela, le « silence médiatique » chez nous est assourdissant. Celui des fameuses élites intellectuelles et politiques toutes tendances confondues aussi.

 

 

Hommes de bonne volonté, amis de la liberté, chrétiens de France, nous ne pouvons pas rester insensibles : alors sensibilisons nos proches, nos relations, nos amis, nos communautés ; informons le plus possible autour de nous et que les chrétiens sans relâche prient pour nos frères qui souffrent et pour la Paix.

 

 

La Chapelle Militaire de la base Navale deToulonsaccagée.

Pas de réaction de : François Hollande, chef des armées. Manuel VALLS, ministre de l’intérieur et des cultes. Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la défense. Christiane TAUBIRA, ministre de la
justice > > > > Grand silence des médias complices affidés au PS !!!!!!

 

 

Communiqué de Monseigneur Poignard, vicaire général du diocèse aux Armées françaises :

 

 

"Je viens d'apprendre ce samedi que la chapelle militaire de la base navale de Toulon (83) a été profanée. On s'en est pris aux quatre grands symboles de la foi catholique :

 

 

- le Saint-Sacrement (tabernacle renversé et brisé), - les saintes espèces répandues sur le sol,

 

 

  • -  le baptistère totalement brisé,

  •  

  •  

    -  l'ambon (la Parole de Dieu jetée à terre et piétinée).

  •  

 

 

L'intolérance (dont chacun peut deviner l'origine !) pénètre maintenant à l'intérieur des enceintes militaires : il y a de quoi être vraiment très inquiets et incite à la réaction. Ils n'ont plus peurs de rien ! La guerre totale est engagée."

 

 

Commentaires :

 

 

1- Cet événement, cette provocation, cette profanation des symboles religieux, cette attaque contre notre culture, et la déclaration indignée de l’évêque aux Armées sont confirmés par le site de La Croix et plusieurs autres journaux ;

 

 

2 - Quand on casse une chapelle catholique, silence assourdissant du ministre de l'intérieur et de la ministre de la justice (qui doit se réjouir !) et des grands média complices, gavés de subventions publiques, qui ont tous largement contribué à instaurer cette situation inique depuis 30 ans.

 

 

Puisqu'ils ne communiquent pas les informations, triées et sélectionnées à sens unique, pour laver le cerveau de la population. Donc c'est à nous tous de le faire ! Ré informons nos compatriotes sur ce qui se passe, avant qu'il ne soit trop tard !!!

 

 

3-Il faut bien comprendre de quoi il s'agit : nous entrons dans l'ère de la persécution des chrétiens dans toute l'Europe, tolérée et encouragée par l’État PS ; persécution matérielle pour le moment, mais "les soldats de dieu" sont en train de former leurs bataillons de fanatiques djihadistes ......... 

Condamnation à mort d'Asia Bibi confirmée

Publié le 17/10/2014 à 11:24 par laparousiedejesus Tags : asia bibi condamnée à mort pakistan blasphème muslims

INTERNATIONAL 16.10.2014

Pakistan : la condamnation à mort pour blasphème d'Asia Bibi confirmée
La haute cour de justice de Lahore a confirmé le 16 octobre au matin la sentence qui frappe la jeune chrétienne, en prison depuis 2009.
SHARES
2k
  Facebook
  Twitter
  Google
 
 
 



 


AsiaNews
 
 
 
 
 
Derrière les barreaux depuis juin 2009, Asia Bibi témoigne à la face du monde d’un courage et d’une dignité exemplaires, offrant ses souffrances et sa vie en sacrifice, et s’en remettant à la volonté de Dieu : « Lui seul peut me libérer » a-t-elle ainsi écrit au pape François. La jeune femme pakistanaise, accusée de blasphème, avait été condamnée à mort en première instance en 2010. Son procès en appel avait déjà été repoussé six fois sans raison.

Un de ses avocats, le chrétien Naeem Shakir, vient de confirmer à l'agence Fides que le recours présenté par la défense avait été rejeté. Durant l'audience présidée par le juge Anwar ul Haq, qui a duré quatre heures le 16 octobre au matin, la défense a présenté ses arguments, arguant du manque de crédibilité des témoins et des fausses accusations portées contre elle. Mais "le tribunal a jugé fiables et crédibles  les allégations des deux femmes musulmanes disant avoir assisté au blasphème qu'aurait commis Asia Bibi. C'est l'altercation avec ces deux soeurs qui est à l'origine de toute l'affaire ", a déclaré Naeem Shakir, qui ne cachait ni son amertume ni sa déception. « La justice est de plus en plus entre les mains des extrémistes », a-t-il ajouté, annonçant que, en accord avec le mari d'Asia, il introduirait un recours devant la Cour suprême, le troisième et dernier niveau de la justice au Pakistan.

Source : 
 

Vers une nouvelle crise mondiale ?

Publié le 13/10/2014 à 11:20 par laparousiedejesus Tags : lehman brothers crise mondiale krach faillite
Six ans après la chute de Lehman Brothers, vers une nouvelle crise mondiale ?
Christine Lagarde, directrice du FMI, le 8 octobre.

A l'occasion de l'Assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale, du 10 au 12 octobre, Jean-Pierre Robin décrypte les prévisions de croissance mondiale publiées par l'organisme dirigé par Christine Lagarde.

 
 

Jean-Pierre Robin est chroniqueur économique au Figaro. 

L'assemblée annuelle du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale qui se tient cette semaine à Washington s'annonce morose. Six ans exactement après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers qui a déclenché la crise financière et économique la plus violente depuis les années 1930, l'économie mondiale n'en a pas fini de panser ses plaies. «La reprise continue mais elle est faible et inégale», admet Olivier Blanchard le chef économiste du FMI qui ne cache pas sa déceptions. 



Même chez les mieux nantis, ceux qui semblent avoir bien réagi à la crise des six dernières années, les perspectives de croissance potentielle semblent avoir baissé fortement.
En apparence les prévisions de croissance mondiale que publie le FMI semblent plutôt rassurantes. Que le PIB de la planète progresse de 3,3% en 2014 et de 3,8% en 2015 est satisfaisant. Sauf que cela ne suffit pas à faire reculer le chômage qui touche plus de 200 millions de personnes, selon les statistiques du Bureau international du travail de Genève. 
Au-delà de ces chiffres globaux, il convient de distinguer trois groupes de pays dont les problématiques se posent chacune en des termes spécifiques, compte tenu de leurs niveaux de développement et des besoins de leurs populations.
La crise financière de 2008 a touché avant tout les pays avancés, les Etats-Unis d'abord d'où elle est partie, puis l'Europe et le Japon. Ces pays, qualifiés de «riches», sont aujourd'hui en bute à deux forces principales note le FMI. «D'un côté le passé, ils ont à gérer le legs de la crise financière, ce qui comprend des niveaux de dette très lourds et un chômage élevé. De l'autre les défis de l'avenir, car leur potentiel durable de croissance a été fortement révisé à la baisse depuis la grande récession de 2008-2009», analyse le FMI . 
Certains s'en sortent certes mieux, comme en témoignent les perspectives de croissance de l'ordre de 2,5% à 3% aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. En revanche la zone euroet le Japon parviennent très difficilement à renouer avec une expansion de 1% ou plus, même si l'Allemagne et l'Espagne font actuellement beaucoup mieux que la France et l'Italie. Mais même chez les mieux nantis, ceux qui semblent avoir bien réagi à la crise des six dernières années, les perspectives de croissance potentielle semblent avoir baissé fortement. Du fait du désinvestissement de ces dernières années, la France et la Japon par exemple ont désormais des perspectives de développement à moyen terme très faibles, de l'ordre de 1% l'an ou guère plus.


Au-delà des réactions purement conjoncturelles et visibles déficits publics et repli de la consommation- la grande crise de 2008 a en réalité durablement affecté le chemin de croissance des pays riches et de façon moins manifeste mais plus grave.
Au-delà des réactions purement conjoncturelles et visibles -déficits publics et repli de la consommation- la grande crise de 2008 a en réalité durablement affecté le chemin de croissance des pays riches et de façon moins manifeste mais plus grave. L'économiste américain Lawrence Summers parle même de «ralentissement séculaire», une expression qui fait florès désormais dans les milieux d'économistes internationaux. 
Face à ce défi, le FMI propose essentiellement deux remèdes. D'un côté des «réformes structurelles», autrement dit une révision fondamentale du mode de fonctionnement des économies en faveur d'une plus grande flexibilité. Les retards de la France, mais également de l'Italie et du Japon sont à cet égard emblématiques. 
La deuxième réponse techniquement possible serait de relancer les investissements d'infrastructures publiques: les besoins sont énormes d'autant qu'ils ont été sacrifiés depuis la crise. Et là c'est l'Allemagne qui est visée, alors que la situation de ses comptes publics lui laisse des marges de manœuvre que d'autres n'ont pas.


Plus inquiétant, c'est l'ensemble des pays émergents dont la croissance structurelle est en train de marquer le pas.
Le deuxième groupe de pays, les émergents, fait montre a priori d'une vigueur incomparable. Dans un premier temps, ils n'ont pratiquement pas été touchés par la crise financière provoquée par la chute de Lehman Brothers. Leurs finances publiques et privées étaient bien plus saines car moins sophistiquées, et leur potentiel de développement très supérieurs, dans la mesure où ils se trouvent dans une phase historique de rattrapage structurel. Leurs perspectives immédiates de croissance demeurent d'ailleurs relativement très favorables, en moyenne de 4,4% pour 2014 et 5% pour 2015. Ces chiffres marquent pourtant un ne retrait par rapport aux taux de 6% des années 2010-2012.
La Chine par exemple est passée d'un rythme de 10% l'an à 7,4% cette année ; il est prévu 7,1% l'an prochain, et le FMI chiffre désormais à 6,3% la croissance à moyen terme de l'économie chinoise. Cette baisse de régime est dans l'ordre des choses car il correspond à une réorientation de la demande intérieure chinoise, attendue et souhaitée, vers les services. 
Plus inquiétant, c'est l'ensemble des pays émergents dont la croissance structurelle est en train de marquer le pas. Le FMI a calculé que leur taux avait reculé en moyenne de 1,5% entre 2011 et 2015. Ce changement de régime prend parfois des allures dramatiques, comme au Brésil qui s'est retrouvé en récession au premier semestre 2014 . Il semblerait que les grands évènements sportifs, telle la coupe du monde pour le Brésil cette année, ou les jeux olympiques organisés par la Grèce en 2004 ne ont mis à mal les finances, ne sont jamais très fastes pour les économies nationales!


L'onde de choc de la grande crise financière de l'automne-hiver 2008 est donc loin d'avoir livré tous ses secrets. Si le pire a été évité, les défis qui s'énoncent au niveau de chaque nation restent à ce jour considérables et non résolus.
Finalement c'est le troisième groupe, celui des pays en voie de développement qui n'ont pas encore «émergés», qui semblerait le mieux loti. Le FMI prévoit pour ces économies qui rassemblent principalement les pays d'Afrique sub-saharienne, un taux de croissance de 6,1% en 2014 et de 6,5% en 2015. Et cela «en dépit du ralentissement du prix des matières premières» notent les experts internationaux.
Que les pays les plus pauvres ne soient pas réellement affectés par les difficultés des plus développés constitue évidemment une excellente nouvelle, car il en va du succès de la lutte contre la pauvreté, même si là aussi les épidémies, comme le virus Ebola, vont avoir également des effets économiques dévastateurs dans les trois pays les plus touchés, craint-on à Washington.
L'onde de choc de la grande crise financière de l'automne-hiver 2008 est donc loin d'avoir livré tous ses secrets. Si le pire a été évité, la grande fermeture des frontières qui avait été fatale à la prospérité et à la paix dans les années 1930, les défis qui s'énoncent au niveau de chaque nation restent à ce jour considérables et non résolus.
 
Source : 
 

Et Oui!

Publié le 11/10/2014 à 13:08 par laparousiedejesus Tags : gode franc macon
«Nous approchons plutôt des quadragénaires, des gens déjà installés professionnellement et familialement, dont on sent qu'ils se posent des questions sur eux-mêmes ou sur leur rôle dans la société», confirme un haut gradé du GODF

«Nous approchons plutôt des quadragénaires, des gens déjà installés professionnellement et familialement, dont on sent qu'ils se posent des questions sur eux-mêmes ou sur leur rôle dans la société», confirme un haut gradé du GODF Crédits photo : Moura / Alpaca / Andia.fr

 

Comment on devient franc-maçon

Cooptation, réseautage : n'entre pas qui veut en maçonnerie. S'ils sont plusieurs milliers à vouloir franchir le pas chaque année, la sélection est semée d'embûches. Enquête sur les procédures d'admission et le monde secret de l'initiation.

Source Le Figaro Magazine

Un jour, mon frère m'a avoué qu'il était franc-maçon et m'a demandé si cela m'intéressait. Je cherchais une nouvelle forme d'engagement. J'ai pris le temps de réfléchir, avant d'envoyer un courrier au Grand Orient de France, qui m'a ensuite mis en relation avec une personne que j'ai rencontrée dans un café.» Michel, 40 ans, cadre administratif dans un collège de la région de Troyes, parle ainsi de son premier contact avec la franc-maçonnerie. En quelques mois, lui qui se définit comme «athée» a été accepté dans cette «société secrète», où il fait actuellement ses premiers pas comme «apprenti». «Je m'y sens bien, avec une vraie communauté de valeurs», dit-il. Il apprécie aussi le secret d'appartenance, qui lui permet d'être un frère sans le dire ouvertement à ses proches. De son côté, Yann, fonctionnaire dans un service de protection de la jeunesse en Poitou-Charentes, a été démarché par son supérieur hiérarchique. «Il m'a dit que j'étais presque un franc-maçon sans le savoir. Cela m'a intrigué!» confie ce membre du Grand Orient de France, dont l'épouse a également été initiée dans une loge mixte d'une autre obédience, Le Droit humain

Une hausse des effectifs d'environ 10 % en cinq ans

Comme Michel et Yann, des milliers de profanes sont ainsi approchés chaque année par des francs-maçons de leur entourage. Et certains frappent spontanément à la porte des temples pour y être initiés. Résultat: en dépit d'une image un peu désuète, la franc-maçonnerie française n'a jamais compté autant de membres, avec 175.000 frères et sœurs répartis dans une vingtaine d'obédiences, soit une hausse des effectifs d'environ 10 % en cinq ans. Ce qui les attire? «Un besoin de sociabilité dans une société individualiste, un ensemble de rites qui structurent la réflexion, et la recherche de réseaux, même s'ils risquent d'être déçus en la matière car la franc-maçonnerie a perdu beaucoup de son influence», estime Roger Dachez, historien et auteur, notamment, d'une Histoire de la franc-maçonnerie française (PUF). Le Grand Orient de France (GODF), la première obédience française (50.000 membres), accueille ainsi quelque 3000 nouveaux initiés chaque année. Son grand maître,Daniel Keller, un normalien, énarque et chef d'entreprise de 55 ans, se souvient avoir été marqué dans sa jeunesse par l'engagement maçonnique d'un parent, avant de franchir le pas il y a dix-neuf ans. «C'était pour moi une forme de conscience citoyenne, un engagement politique au sens noble du mot», explique ce sympathisant de gauche, qui n'a jamais été encarté.

Aujourd'hui, il récuse tout prosélytisme trop voyant: «Nous cherchons simplement à renouveler notre organisation», précise-t-il. Cependant, le grand maître passe une partie de son temps à faire connaître les idées - «laïques et républicaines», dit-il - du GODF auprès d'un public de plus en plus jeune. «Je suis allé rencontrer les étudiants de Sciences-Po à Lille ou ceux de l'école de commerce de Pau. J'y vais pour démythifier la franc-maçonnerie, expliquer que nous ne sommes pas une secte, mais une société de pensée de liberté et qu'on n'y entre pas pour faire carrière.» Ancien grand maître de la même obédience, le criminologue Alain Bauer, ex-militant socialiste, se rappelle pour sa part avoir été attiré par «cette étrange association où l'on pouvait parler sans être interrompu». «Un jour, j'ai visité le petit musée du Grand Orient, rue Cadet, et j'ai décidé de me présenter tout seul», explique-t-il.

Un sésame officieux Une «tenue» est une réunion de francs-maçons. Ici au temple du Grand Orient de France, à Lyon.

 

Néanmoins, en dépit des affirmations officielles, le pouvoir présumé des réseaux maçonniques demeure un aimant puissant. Car, dans certaines administrations et grandes entreprises, des banques du secteur mutualiste à EDF, le fait d'être franc-maçon constitue un sésame officieux. «Cela peut servir à des tas de choses y compris pour la carrière», a reconnu publiquement sur France 3 un représentant du syndicat de police Alliance, dans le Nord. Dans son ouvrage J'étais franc-maçon (Salvator, 2014), l'ancien médecin Maurice Caillet raconte que pour être promu au sein de la Sécurité sociale, il valait mieux être frère et adhérer au syndicat Force ouvrière. «On m'a laissé entendre que mon appartenance à la franc-maçonnerie pourrait faciliter mon intégration et cela m'a un peu surpris», confie un ancien militaire, qui a postulé pour entrer dans un service de la DGSE, il y a une quinzaine d'années. Les profanes, eux, sont exclus de ces jeux d'influences souterraines, qui peuvent se traduire par des promotions bloquées, voire des évictions. «J'ai fini par comprendre que mon licenciement brutal était lié au souhait de la nouvelle direction, très franc-maçonne, de placer un des leurs», témoigne ainsi Claire, éjectée il y a quelques années d'un poste clé dans une banque mutualiste.

«Nous cherchons une plus grande diversité de profils, mais la cooptation ne la facilite pas naturellement»

Grand Orient de France

Mais n'entre pas qui veut en maçonnerie. La cooptation est la règle de base. Elle conforte l'endogamie, le côté «réunion de notables» que nombre de loges de province continuent de préserver jalousement, afin de rester «entre soi». «Nous cherchons une plus grande diversité de profils, mais la cooptation ne la facilite pas naturellement», admet-on au GODF. Les recrutements d'artisans ou d'ouvriers sont rares. «C'est un ami forain franc-maçon qui m'a incité à le devenir », témoigne l'un d'entre eux, Frédéric, boulanger dans l'Aube, initié il y a neuf mois.

La plupart des recrues sont plutôt des fonctionnaires et des membres des professions intellectuelles, déjà fortement représentés dans les loges. La fonction publique, les professions libérales et les militants syndicaux ou politiques, souvent désillusionnés par leur engagement, demeurent des viviers de choix. «On m'a introduit dans un atelier à Marseille où il n'y avait presque que des hommes de loi et des élus. Je ne me sentais pas très dépaysé», s'amuse un édile de la ville, lui-même avocat au barreau et ancien adjoint au maire. Le penchant endogamique va même plus loin. Les francs-maçons ont toujours aimé recruter des enfants de maçons. Patrice Hernu, fils de l'ancien ministre socialiste de la Défense Charles Hernu, franc-maçon notoire, l'a vécu très tôt: «Je suis tombé dedans quand j'étais petit, se souvient-il. J'ai été reçu à 6 ans pour une cérémonie spéciale dédiée aux enfants de maçons dans une loge de Saint-Germain-en-Laye, ce qui m'a donné le droit d'entrer directement dans une loge quand j'en ai exprimé l'envie, bien plus tard.» Poussé par des «frères» amis de son père, tels le dentiste Guy Penne, l'avocat Roland Dumas ou le grand maître Fred Zeller, Patrice Hernu a vite grimpé les échelles dans la maçonnerie du GODF, qu'il juge «très politisée», avant de passer par la Grande Loge nationale française (GLNF) puis de se réfugier dans la plus discrète Grande Loge des cultures et des spiritualités. Son parcours lui inspire ce jugement: «La franc-maçonnerie est restée trop enfermée sur elle-même et ses méthodes de recrutement sont un peu dépassées.» Un avis que nuance Alain Bauer: «Au début, on trouve toujours ce processus un peu lourd et poussiéreux ; puis, le temps passant, on lui trouve beaucoup de qualités. Mais il faudrait sans doute trouver un espace pour accueillir les moins de 40 ans.»

Une course d'obstacles

Il est vrai que le chemin vers l'initiation a des allures de course d'obstacles, qui limite les intrus et freine l'ouverture. De quoi décourager même des candidats motivés. Curieusement, la France fait figure d'exception au sein de la maçonnerie mondiale, qui compte près de 5 millions d'adeptes: «Dans les pays anglo-saxons comme l'Angleterre ou les Etats-Unis, l'admission est restée très simple, comme au début de la franc-maçonnerie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il suffit qu'un membre introduise le candidat dans la loge et qu'un comité de sages le valide. La loge demande au parrain s'il répond de l'impétrant, lequel peut être ensuite initié le mois suivant, pratiquement à visage découvert», explique Roger Dachez. Rien de tel en France, où les frères ont cultivé l'art du secret et de la complication. Au XIXe siècle, craignant d'être infiltrées par des partisans cléricaux, assimilés alors aux ennemis de la République, les principales obédiences françaises ont édicté des règles strictes pour filtrer les candidats et renforcer la discrétion. Depuis lors, les procédures, qui durent entre six mois et un an, sont restées un brin mystérieuses et semées d'embûches.

Première étape : le recrutement

La plupart du temps, ce sont les frères qui prennent discrètement langue avec des profanes qu'ils estiment proches de leurs idées ou intéressés par la démarche initiatique. «On est choisi plus qu'on ne choisit», résume un expert. Les recrutements commencent généralement à partir de 35-40 ans. Les loges se méfient des initiés trop jeunes, dont «l'assiduité n'est pas toujours très bonne», selon Magali Aimé, auteur du livre Entrer en maçonnerie: quel profil? (Dervy). «Nous approchons plutôt des quadragénaires, des gens déjà installés professionnellement et familialement, dont on sent qu'ils se posent des questions sur eux-mêmes ou sur leur rôle dans la société», confirme un haut gradé du GODF, où l'âge moyen des entrants est de 45 ans, en légère hausse. Si la personne repérée émet le souhait d'aller plus loin, elle est mise en relation avec un responsable d'une loge près de son domicile.

Ces dernières années, la Grande Loge nationale française (GLNF), obédience la plus spiritualiste, a été beaucoup plus conquérante: ses dirigeants voulant absolument piloter la première obédience française et gagner en influence, ils se sont mis à recruter à tout-va, en ciblant les milieux socioprofessionnels aisés et les élites, ce qui a alimenté des soupçons de collusion et d'affairisme. «Cette course à la taille, dérisoire et consternante, s'est mal terminée, avec une grave crise interne», déplore Roger Dachez. Depuis 2011, la GLNF a perdu, en effet, la moitié de ses effectifs, qui sont retombés à 25.000 membres. Plus prudentes, les autres obédiences jouent la carte d'un recrutement contrôlé. «De toute façon, nous ne pouvons pas grossir trop vite. Nos murs ne sont pas extensibles et nos loges ne peuvent pas accueillir trop d'apprentis en même temps», avance un responsable du Droit humain, obédience mixte de 17.000 adhérents.

Des candidatures spontanées

Pourtant, la pression s'accentue devant les portes des temples. Car des candidats se manifestent désormais directement. «Beaucoup de personnes intéressées viennent aux Journées européennes du patrimoine, à nos conférences publiques ou aux salons du livre maçonnique. D'autres écrivent directement sur notre site internet en nous exprimant leur souhait de nous rejoindre», explique Marc Henry, le grand maître de la Grande Loge de France, la deuxième obédience de l'Hexagone, dont les effectifs (33.000 frères) progressent de 500 à 1000 membres chaque année. Toutes ces candidatures spontanées font l'objet d'un suivi: les profanes sont orientés vers une loge de leur région, pour un premier rendez-vous discret avec un gradé, souvent le responsable de la loge, appelé Vénérable. Principale question posée: le profane est-il prêt, selon le jargon maçonnique, à «travailler sur soi, tailler sa propre pierre, avant de construire le temple de l'humanité»? Contrairement à une idée reçue, le fait d'être croyant ne constitue pas un frein à l'entrée, puisque, hormis le très laïc GODF, la plupart des obédiences invoquent un «Grand Architecte de l'Univers» indéfini, la GLNF parlant même ouvertement de Dieu dans ses travaux. «Selon les motivations du candidat, spiritualistes ou sociétales, le Vénérable peut donc conseiller à la personne d'aller vers l'obédience qui lui correspond le mieux, dit-on à la Grande Loge de France. Sinon, il désigne un frère qui sera le parrain du candidat dans sa loge.» Ce parrain doit être un «maître», c'est-à-dire un franc-maçon expérimenté, qui a suivi le parcours initiatique d'apprenti, puis de compagnon avant de devenir maître.

Deuxième étape : les enquêtes

Une fois franchi le premier pas, le néophyte doit fournir des éléments détaillés: une lettre de motivation, des photos, un curriculum vitæ, un extrait de casier judiciaire prouvant qu'il n'a pas été condamné. Le parrain peut apposer son paraphe sur ces documents, qui sont présentés et lus dans la loge, afin qu'elle émette un premier avis de principe. En général, il s'agit d'une formalité, puisque la candidature a déjà été adoubée par le Vénérable et le parrain. Mais le vote, qui se déroule avec des boules blanches et noires, doit être acquis avec une majorité qualifiée, souvent les trois quarts des voix. Il suffit donc qu'un peu plus de 25 % des frères refusent un profane pour qu'il soit «blackboulé».

Passé ce premier scrutin, la liste des candidats est affichée dans la loge quelque temps, afin de susciter d'éventuelles remarques. Dans la plupart des obédiences, le Vénérable demande surtout à trois membres de la loge de procéder, de manière séparée et confidentielle, à des interrogatoires du candidat. «Cela a duré des mois. On m'a juste prévenu que trois personnes me contacteraient pour me poser des questions. Je les ai vues dans des lieux différents, près de mon travail, dans un bar et à mon domicile. Franchement, je ne savais pas toujours quoi répondre et il était très difficile de savoir ce qu'elles pensaient vraiment de moi», raconte Marc, un enseignant parisien.

«Libre et de bonnes mœurs»

Selon les textes maçonniques fondateurs du XVIIIe siècle, il s'agit de vérifier que le candidat est «libre et de bonnes mœurs», autrement dit qu'il agit de sa propre volonté, sans être inféodé à une idéologie totalitaire, tout en étant un homme d'honneur et de probité. Aujourd'hui, les questions de ces enquêteurs spéciaux portent sur le parcours personnel, professionnel et spirituel des candidats, ainsi que sur leurs valeurs et leurs opinions politiques. «C'est une mise à nu, assez intrusive, et c'est normal que cela le soit», estime l'avocat et écrivain Emmanuel Pierrat, Vénérable d'une loge du GODF, entré en maçonnerie il y a vingt ans. «Il s'agit juste de vérifier la sincérité des gens et d'éviter des infiltrations de mouvements extrémistes prônant la discrimination», précise Daniel Keller, le grand maître du GODF. Dans cette obédience, comme dans la plupart des autres, l'appartenance au Front national ou l'expression d'idées racistes conduisent immédiatement à des veto.

En réalité, cette phase d'interrogatoire est déterminante, puisque les trois enquêteurs rédigent chacun leur rapport. «La première fois, j'ai été refusée parce que je n'avais pas réussi à les convaincre de mes motivations», confie Elodie, une quadragénaire fonctionnaire dans une collectivité locale en Alsace, qui a été blackboulée à la Grande Loge féminine de France, avant d'être admise quelques années plus tard au GODF, désormais mixte. «Durant ces entretiens, j'ai compris que je ne pouvais pas tricher, car tous mes propos seraient conservés», ajoute Denis, un informaticien de 55 ans, initié il y a vingt-trois ans. Les rapports sont effectivement lus au sein de la loge, qui se prononce à nouveau, par un deuxième vote, sur la poursuite de la démarche.

Troisième étape : le grand oral

Après des mois d'attente et deux votes, le candidat est convié à une étrange épreuve qui s'appelle le «passage sous le bandeau». Le profane doit se rendre les yeux bandés dans un lieu qui lui est inconnu pour répondre aux questions d'une assemblée de francs-maçons qu'il ne voit pas. Le bandeau symbolise «l'état d'aveuglement dans lequel est plongé le candidat, et sert aussi à empêcher celui-ci de voir le temple et ses assistants, par souci de discrétion et de protection», décrypte Irène Mainguy, dans son ouvrage La Symbolique maçonnique du troisième millénaire (Dervy, 2001). «C'est théâtral et impressionnant, parce qu'on ne sait pas où l'on est, ni qui parle», admet Denis, qui se souvient avoir eu l'impression d'être questionné dans une très grande salle. Cette épreuve orale, qui dure entre trente et soixante minutes, porte sur les motivations du candidat, mais aussi sur ses lectures, ou ses opinions, que ce soit sur l'euthanasie, la procréation médicalement assistée, l'immigration ou la politique. «On m'a même demandé pourquoi j'aimais lire Sade», se rappelle un initié, un peu choqué. «Je redoutais ce moment, mais cela n'a rien à voir avec un grand oral de l'ENA. Il suffit d'être sincère», nuance Yann. «En fait, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Tout est basé sur la confiance. Nous ne sommes pas la police judiciaire», plaide Marc Henry, de la Grande Loge de France. Pourtant, les sujets abordés ont de quoi désarçonner des profanes peu habitués à parler en public, et encore moins dans le noir! «C'est finalement une épreuve socialement très discriminante. Car les gens simples n'ont pas toujours la repartie ni l'aisance souhaitée», confie un habitué. Après ce passage sous le bandeau, la loge se prononce à nouveau sur la candidature. Si les boules blanches sont ultra-majoritaires, l'impétrant est enfin accepté. Il peut alors être initié. «A l'arrivée, 85 % des candidats sont admis, ce n'est donc pas très sélectif», tient à préciser Daniel Keller.

Les recalés ont le droit de retenter leur chance

Mais qu'arrive-t-il aux candidats recalés? Un petit mystère plane sur le sujet. Officiellement, à moins d'un veto définitif, un profane retoqué dans une loge peut théoriquement postuler une deuxième fois un peu plus tard, ou tenter sa chance dans une autre obédience. Cependant, il doit mentionner tout son parcours. S'il l'omet, son «cas» risque de toute façon d'être repéré. Car les obédiences échangent parfois discrètement des renseignements sur des personnes blackboulées. «Si quelqu'un a été refusé quelque part pour un motif sérieux, il n'est pas inutile que nous partagions l'information. Ces échanges se pratiquent ainsi de manière informelle entre les différentes obédiences», révèle un haut gradé de la Grande Loge de France. Seul problème: ces discussions peuvent inclure des renseignements personnels sur les candidats, qui ne sont pas forcément au courant de ces pratiques. Interrogé sur le sujet, le grand maître du GODF, Daniel Keller, dément l'existence d'un «fichier des blackboulés». «En revanche, nous échangeons bien avec les autres obédiences, dans le cadre de ce qu'on appelle des “observations fraternelles”, des informations sur les frères qui ont été radiés de nos rangs, pour divers motifs», avance-t-il.

Quatrième étape : la cérémonie de l'initiation

Elle varie selon les rites pratiqués. Très codifié, ce passage du profane «vers la lumière» débute par un enfermement dans une petite pièce close peinte en noir, appelée cabinet de réflexion, symbole de la mort. Le candidat est invité à méditer seul quelques instants sur son engagement. Entouré d'une tête de mort, d'une faux, d'un sablier, d'un miroir, d'une bougie, d'une cruche d'eau, d'un morceau de pain, de coupelles de sel, de soufre et de mercure, il doit rédiger son «testament philosophique». «De quelle chair faut-il être pétri pour ne pas reculer devant cet accueil glaçant comme un tiroir de morgue?» ironise Isabelle Duquesnoy, une sœur dépitée de son expérience maçonnique, qui a raconté son itinéraire dans un Journal insolent.

Puis le futur initié, qui a dû déposer ses «métaux» (bijoux, montre, clés, argent, téléphone…) au seuil du temple comme geste de dépouillement, franchit ses portes. Il y pénètre les yeux bandés, une corde autour du cou ou les mains enchaînées, la chemise entrouverte, un pan de pantalon remonté et une chaussure en moins, en avançant les pieds en équerre. Une manière de signifier au profane sa fragilité et son asservissement. «Il a besoin d'être guidé pour avancer. Dans les ténèbres, il recherche la lumière», analyse Irène Mainguy. Après avoir subi de nouvelles questions, le néophyte doit avaler une eau amère, «breuvage d'amertume», jusqu'à la lie, faire des «voyages» ponctués d'épreuves «purificatrices» symbolisant les éléments (air, eau, feu), écouter l'énumération de ses devoirs, avant de prêter serment. Ce pacte comporte un engagement de solidarité avec les frères ainsi qu'un respect total du secret sur ce qui se passe en loge. En cas de manquement, les sanctions prévues sont terribles: «Je préférerais avoir la gorge coupée plutôt que de révéler les secrets qui m'ont été confiés» ou «si je deviens parjure, je consens à avoir la gorge tranchée». Les textes anciens parlent aussi de langue arrachée… Même si cela reste théorique, ce sont autant de signes de l'inviolabilité des secrets.

Une fois ces serments prononcés, le nouvel initié peut enlever son bandeau, ce qui symbolise sa nouvelle naissance au milieu des autres maçons. Ceux-ci l'acclament avec des applaudissements et des mots comme «Houzzé», «Vivat», ou «Liberté, Egalité, Fraternité». On lui révèle quelques secrets, comme les gestes de reconnaissance, ainsi que des mots sacrés et des mots de passe pour les apprentis: Jakin et Boaz, noms des deux colonnes d'entrée du mythique temple de Salomon. Commence alors l'apprentissage, qui dure généralement une année, durant laquelle le jeune franc-maçon est prié de se taire. «C'est une bonne chose, cela permet d'apprendre et d'écouter», juge Michel, en cours d'apprentissage au GODF. Le droit à la parole revient quand on accède au grade de compagnon, puis de maître. Pour les bavards, les mécontents et les déçus, une issue demeure ouverte: le départ. «C'est compliqué d'entrer en maçonnerie, mais facile d'en sortir. Il suffit d'envoyer une lettre de démission», assure un habitué des temples. Mais on reste initié toute sa vie…

 

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/10/01016-20141010ARTFIG00145-comment-on-devient-franc-macon.php

Ebola : «Personne ne sait ce qui va se passer»

Publié le 11/10/2014 à 13:02 par laparousiedejesus Tags : virus éboula espagne mort contagion sida sénégal afrique france
 
Mots clés : Virus Ebola
Par figaro icondamien Mascret - le 10/10/2014
INTERVIEW - Président de l'Académie des sciences d'outre-mer, le Pr Pierre Saliou est spécialiste de vaccinologie et des maladies infectieuses.

 

LE FIGARO. - En quoi cette épidémie d'Ebola est-elle différente des dernières?

Pr Pierre SALIOU. - Le fait nouveau est que l'épidémie se développe dans une région, l'Afrique de l'Ouest, où les gens circulent beaucoup. Elle n'est plus limitée aux milieux forestiers d'Afrique centrale, comme ce fut le cas lors des épidémies précédentes. Si, en avril, quand les premiers cas sont apparus, on pensait encore circonscrire l'épisode «comme d'habitude», il a ensuite fallu se rendre à l'évidence: l'épidémie a désormais gagné les villes, ce qui facilite sa diffusion. La courbe des malades est ascensionnelle et personne ne sait comment va évoluer l'épidémie. Toutes les projections sont faites à partir de données très fragiles.

Est-il possible de limiter l'épidémie en Afrique?

En théorie on sait comment contrôler une épidémie d'Ebola. Regardez ce qui a été fait au Sénégal. Il y a eu un cas identifié à Dakar fin août dernier. Aussitôt, celui-ci a été placé en unité d'isolement à l'hôpital Fann de Dakar. Près d'une centaine de personnes qui avaient été en contact avec lui ont été identifiés et suivis pendant 21 jours sans qu'aucun ne tombe malade à son tour. Finalement, le malade guéri a pu sortir de l'hôpital. Il est vrai que la ministre de la Santé du Sénégal est un médecin agrégé de maladies infectieuses, le Dr Awa Marie Coll Seck, ce qui explique aussi que toutes les mesures aient été prises rapidement et sans tergiverser.

Ebola peut-il devenir le sida du XXIe siècle?

Il y a des différences avec le sida. À l'époque c'était une maladie émergente parfaitement inconnue, alors qu'Ebola est connu. Le mode de contamination également est différent puisque la VIH se transmet par le sang et par rapport sexuels avec des personnes qui peuvent n'avoir aucun symptôme, alors qu'Ebola nécessite un contact, direct ou indirect, avec les liquides biologiques d'un malade symptomatique. En Europe, comme aux États-Unis, on peut prendre des mesures de sécurité très efficaces. Isoler le malade dans des services adaptés, identifier les personnes qui ont été en contact et les informer qu'elles doivent immédiatement consulter si des symptômes apparaissent.

Les mesures prises en Afrique sont-elles suffisantes?

Heureusement, depuis quelques semaines la communauté internationale semble avoir pris la mesure de la menace, et envoie du matériel mais aussi des moyens humains sur le terrain. Outre le travail des humanitaires qu'il faut soutenir, la France va d'ailleurs ouvrir un hôpital sous l'égide de la Croix-Rouge avec le soutien du Service de santé des armées à Macenta en Guinée forestière.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

En France, l'inquiétude grandit autour d'Ebola 

Ebola: une prise en charge hasardeuse en Espagne 

Comment diagnostique-t-on un cas d'Ebola? 

 

Source : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/10/10/22899-ebola-personne-ne-sait-ce-qui-va-se-passer

Ebola ou panique mondiale

Publié le 06/10/2014 à 19:42 par laparousiedejesus Tags : virus éboula madrid afrique
Ebola: une infirmière espagnole infectée, première contamination en Europe

 

Hélas! Trois fois hélas! C'est tellement prévisible. Et un jour, le monde Occidental va (re)découvrir ce que c'est la souffrance, sans ces histoires débiles et hollywoodiens sur des dites pandémies toujours aux US., soit à L.A., NYC, Chicago, etc… Les gentils gagnent toujours.

Là c'est autre chose, pas de super-héros, mais un super rétro Virus.

C'est surtout la panique émotionnelle engendrée par la peur médiatique coupable, qui va créer un vent puis, tempête et enfin cyclone dément des délires humains.

Je vois les TV Espagnols passer en boucle comme (genre CNN) dans tous les pays concernant telles catastrophes, attentats et autres scoops, à  ces journalistes sans nom, anonyme, signature, sans consistance, ni profondeur analytique et synthtique, voir cognitive.

Pauvre humanité désenchantée. Il faudra bien se mobiliser pour rassurer les hommes et femmes frappés par l'effroi.

@ller j'me tire,

je tire ma révérence

Saint Michel le 209/09/2014

Publié le 06/10/2014 à 13:11 par laparousiedejesus Tags : saint michel louis iv facebook
29 septembre 2014

C’est arrivé un 29 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 29 septembre : fête de Saint Michel Archange, Protecteur du Royaume de France.

Geneviève Esquier dans Ceux qui croyaient au Ciel (Ed. de l'Escalade, p165 à 170), rappelle que plus de 500 communes françaises portent le nom du chef desMilices Célestes. Elle rappelle que si Jésus Christ est le vrai Roi de la France et que Maris depuis 1638 en est la Reine, suite au vœu du Roi Louis XIII, il est tout naturel que Saint Michel soit le protecteur du pays. C'est ainsi qu'il se présente lui-même à Sainte Jeanne d'Arc :

« Je suis Michel, le protecteur de la France. »

Elle rappelle que c'est lui qui marche au devant du Peuple Elu dans le désert, lui qui est chargé de protéger l'Eglise naissante, après l'Ascension du Christ. Sa première intervention dans l'histoire de la France date du VIII siècle, quand en 708, il apparaît à Saint Aubert et lui demande que lui soit dédiée une église sur le mont Tombe, devenu depuis le Mont-Saint Michel, où tous les Rois régnants sont venus en pèlerinage. Geneviève Esquier rappelle enfin que c'est en tant que pèlerin de Saint Michel que Charles Martel écrase les arabes à Poitier !

Le Roi Louis XI crée l'ordre de saint Michel ; tout le peuple de France se tourne vers lui et le prie quand les lois fondamentales du Royaume désignent un huguenot sur le trône en la personne du futur Henri IV. Et ce dernier se convertit vraiment. La présence visible de l'archange, vue de tous les parisiens, lors de la messe d'action de grâce demandée par ce Roi à son entrée dans la capitale est la preuve et de sa protection et de la sincérité de la conversion du monarque. (Voir la chronique du 22 mars : André Favyn dans Le théâtre d'honneur et de chevalerie, (tome 1 page 612) rapporte la scène:

« Là fut vu de toute l'assistance, étant en indicible nombre près de sa majesté, Saint Michel, l'ange gardien de la France…qui, tout au long de la cérémonie, se tint à côté du Roy, et icelle finie, disparut aussitôt. […] dont le Roy l'ayant fixement contemplé tout au long de la messe fut pris en son cœur d'une telle réjouissance d'allégresse et d'espérance d'avoir raison de ses ennemis qu'il dit tout haut à toute l'assistance : Nos ennemis sont perdus puisque Dieu nous a envoyé ses anges à notre secours. »

 O Saint Michel,

Qui avez entendu les battements du Cœur de Jésus,

Qui avez pénétré le mystère de ce Divin Cœur transpercé par la lance,

Faites nous connaître les sentiments de ce Cœur adorable,

Conduisez nous à cette source de bénédiction.

Nous vous prions pour la France,

La nation privilégiée à laquelle il a montré son amour.

Obtenez-lui du Cœur de Jésus les grâces qui la relèveront.

O Prince de la Paix,

Regardez avec bienveillance ce pays qui vous est confié,

Apportez-lui la paix et la concorde,

Secourez les peuples chrétiens,

Reléguez en enfer les guerres qui font couler tant de larmes.

Descendez des sommets du ciel, jusque dans nos demeures,

Pour faire régner la paix parmi nous,

Grand Prince de la Milice Céleste,

Établi par la Providence Divine le protecteur spécial de la France,

Souvenez vous que vous l'avez faite grande entre toute les nations,

Que vous l'avez établie la sentinelle de la foi et le soldat de Dieu dans le monde.

Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l'antique foi, source de sa force et de sa grandeur.

Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons,

Secourez nous tous et rendez nous meilleurs et plus chrétiens.

Ainsi soit-il. »

Le 29 septembre, la Saint-Michel, était en Occident la date à laquelle les fermiers et les métayers payaient leurs fermages ou métayages après la récolte. C'est donc la date traditionnelle d'expiration des baux ruraux, d'où l'expression à la Saint Michel tout le monde déménage.

C'est aussi le Saint des parachutistes.

 

 

  • le 29 septembre  70 : destruction de Jérusalem.

En réponse à la révolte des Zélotes et des Sicaires, les troupes romaines de Titus rasent la totalité de Jérusalem. La destruction de la ville, commencée le 25, s'achève ce jour.

  • le 29 septembre  440 : sacre du pape Léon Ier.

Sa réputation et son influence sont si grandes qu'il est élu par le peuple romain pendant son absence en Gaule. Il rentre à Rome en septembre pour être sacré le 29 septembre. Léon Ier mène une action très importante sur le plan spirituel qui renforce la primauté du pape sur tous les évêques et l'importance de la fonction d'évêque de Rome en Occident. Il lutte contre les hérésies, les sectes et toutes les erreurs doctrinales de son époque. Il justifie ainsi la primauté de l'évêque de Rome par sa qualité de successeur de Pierre.

Sur le plan politique, de Léon Ier est surtout connu pour avoir rencontré Attila en 452 à Mantoue où le pape persuade le conquérant de faire demi-tour sans mettre Rome à sac.

  • le 29 septembre  855 : élection du pape Benoit III.

Benoit III est élu malgré l'opposition des empereurs Lothaire II de Lotharingie et Louis II le Jeune.

  • le 29 septembre  1364 : bataille d'Auray.

Cette bataille clôt la guerre de succession de Bretagne, entre Charles de Blois, prétendant au duché de Bretagne, soutenu par Du Guesclin, et Jean de Montfort ; Charles de Blois est tué. Du Guesclin fait prisonnier. Elle est à replacer dans le cadre plus général de la guerre de Cent Ans, et elle oppose l'armée anglo-bretonne de Jean IV de Montfort à des troupes franco-bretonnes. La défaite française règle le conflit de succession : Charles V reconnaît, par le traité de Guérande l'année suivante, que Jean IV de Bretagne en est le duc.

 

  • le 29 septembre 1475 : le Roi Louis XI et le duc François II de Bretagne signent la paix à Senlis.

C'est la fin de toute alliance anglo-bretonne.

  • le 29 septembre  1567 : entrée de Charles IX dans Paris accompagnées de 6000 Gardes-Suisses; voir la chronique de la veille.

Voir la chronique de la veille et celle du 30 septembre. La seconde Guerre de religion, qui oppose le Roi Charles IX aux huguenots, commence en France avec les massacres de la « Michelade de Nîmes ». Quatre ans de paix s'achèvent. L'élément déclencheur du conflit est la Surprise de Meaux, de la veille. Cette conspiration menée par Condé pour enlever le Roi de France a échoué mais Coligny avait demandé à tous les huguenots de France de se soulever.

  • le 29 septembre 1567 : massacre des catholiques par les Huguenots dit de « la Michelade ».

« La Michelade » est le nom donné au massacre de quatre-vingts à quatre-vingt-dix catholiques, moines, clercs, par des émeutiers protestants le 29 septembre 1567 à Nîmes. 5 ans avant la Saint Barthelemy ! Ce massacre dure 2 jours, mais les livres d'histoire ne parlent que de la seconde sans expliquer ce que les Huguenots ont fait avant !

La Michelade à Nîmes le 29 et 30 septembre 1567

Le premier consul Guy Rochette, un catholique nommé de façon très contestée, tente en vain d'apaiser les émeutiers, et se voit contraint de se réfugier chez l'évêque Bernard d'Elbène. Le vicaire général et une vingtaine de moines ou clercs, sont incarcérés. Le 30 septembre 1567, ils sont enlevés, massacrés et jetés dans un puits de la cour de l'évêché. Lors de travaux trois siècles plus tard, les corps sont retrouvés empilés au fond du puits.

Les émeutiers pillent également les églises catholiques de la ville, et tentent de démolir le clocher de la cathédrale en le sapant à sa base. Le premier consul est arrêté à son tour. L'évêque s'échappe et se rend pendant la nuit à Tarascon, grâce à un soldat protestant, Jacques Coussinal.

  • le 28 septembre  1637 : Guillaume Courtet, prêtre dominicain, est décapité à Nagazaki, puis brûlé et ses cendres dispersées en mer.

    Martyre de Guillaume Courtet, gravure de 1650

Guillaume Courtet né à Sérignan dans l'Hérault, meurt martyr en 1637 à Nagasaki. Il est canonisé le 18 octobre 1987 par le pape Jean-Paul II.

  • le 29 septembre  1642 : rattachement de Sedan à la France.
  • le 29 septembre  1794 : Turreau, le "bourreau de la Vendée", est arrêté.

En 1795, il est acquitté et réintégré dans l'armée deux ans plus tard.

  • le 29 septembre  1803 : naissance de Charles Sturm, mathématicien français.
  • le 29 septembre  1816 : naissance de Paul Féval, écrivain français.

Il est l'auteur fameux du Bossu.

  • le 29 septembre  1918 : armistice signé à Thessalonique.

Les Alliés effectuent une percée décisive de la ligne Hindenburg, pendant la Grande Guerre. Ils remportent la victoire sur le front d'Orient. C'est une victoire oubliée car ce théâtre a longtemps été décrié par nombre de milieux politiques et militaires français et britannique, suite aux pertes énormes des Dardanelles et de Gallipoli en 1915.

Cette victoire est l'œuvre de deux grands généraux français Adolphe Guillaumat, puis Louis Franchet d'Espérey.

Louis Franchet d'Espèrey

  • le 29 septembre  1938 : début de la réunion qui aboutit aux accords de Munich.

A Munich, Hitler, Daladier, Chamberlain et Mussolini signent un accord plaçant les Tchèques devant le fait accompli : 85 000 kilomètres carrés du territoire sont rattachés à l'Allemagne et 3 100 000 Sudètes changent de pays. Daladier est acclamé à son retour alors qu'il sait que la guerre est inévitable.

 

  • le 29 septembre  1963 : le pape Paul VI ouvre la seconde cession du Concile Vatican II et la place sous l'égide de saint Michel.

Posté le 29 septembre 2014 à 06h28 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme 
 

Commentaires

Par Saint Michel, vive les paras !

Rédigé par : PK | 29 sep 2014 09:14:26

Merci de nous rappeler cette prière !

À notre époque, le dragon est-il de l'autre côté de la méditerranée ? (à l'origine, car il nous a envahis depuis longtemps) 

Rédigé par : Maurice | 29 sep 2014 11:22:11

 

« Je suis Michel, le protecteur de la France. »
Pour nos lecteurs du sénat, ceci n'a rien à voir avec l'ex sénateur portant ce beau patronyme si chrétien.

 

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/09/cest-arrivé-un-29-septembre.html

Le Japon balayé par un typhon

Publié le 06/10/2014 à 11:45 par laparousiedejesus Tags : typhon japon ile okinawa tokyo
Le Japon balayé par un typhon, 3 soldats américains emportés par des vagues AFPPar Miwa SUZUKI | AFP – il y a 13 minutes
  • Des piétons luttent contre le vent et la pluie lors du passage du typhon Phanfone au Japon, le 6 octobre 2014 à Tokyo

    AFP/AFP - Des piétons luttent contre le vent et la pluie lors du passage du typhon Phanfone au Japon, le 6 octobre 2014 à Tokyo

CONTENUS ASSOCIÉS

  • Des voyageurs attendent à la gare après une interruption du trafic des trains due au passage du typhon Phanfone, le 6 octobre 2014 à TokyoAfficher la photo

    Des voyageurs attendent à la gare après une interruption du trafic des trains due au passage du typhon Phanfone, le 6 octobre 2014 à Tokyo

  • Des vagues géantes frappent la digue du port de Kihou, dans le centre du Japon, pendant le passage du typhon Phanfone, le 6 octobre 2014Afficher la photo

    Des vagues géantes frappent la digue du port de Kihou, dans le centre du Japon, pendant le passage du typhon Phanfone, le 6 octobre 2014

Le puissant typhon Phanfone a touché lundi le coeur du Japon et traversé Tokyo avant de prendre la direction du nord-est, laissant derrière lui six morts et disparus, dont trois militaires américains, et une vingtaine de blessés.

Vents de 180 km/h, vagues gigantesques et pluies torrentielles: ce 18e typhon de la saison a accosté en tout début de matinée sur l'île principale de l'archipel nippon, Honshu, à environ 200 kilomètres au sud-ouest de la capitale, selon l'Agence de météorologie nationale.

A la mi-journée, il gagnait Tokyo, avançant à une vitesse de 65 km/h, un passage éclair précédé d'intempéries qui ont noyé sous la pluie de nombreux "salarymen" aux heures de pointe. Mais la situation est rapidement revenue à la normale, sous un soleil retrouvé.

Dans l'air et sur les rails, les transports ont été perturbés: le typhon a cloué au sol plus de 600 avions, au lendemain de l'annulation de 216 vols, et retenu à quai des dizaines de trains à grande vitesse.

Il avait par ailleurs entraîné dimanche la suspension des recherches au sommet du mont Ontake (centre du Japon), une semaine après la soudaine éruption volcanique qui a fait au moins 51 morts.

De nombreux dégâts matériels étaient recensés, comme 15 poteaux de 20 mètres d'un terrain de golf tombés à terre, des maisons dévastées à Chiba, à l'est de Tokyo, ou encore des arbres arrachés en plusieurs endroits.

La production automobile a également été affectée. Le géant Toyota a interrompu les opérations matinales de ses douze usines en raison de l'impact du typhon sur la livraison de pièces, mais elles devaient reprendre dans l'après-midi.

Idem pour son rival Nissan, dont un site a été touché, tandis que les employés du siège de Yokohama, dans la banlieue de Tokyo, étaient priés de rester chez eux.

Avant que le centre de ce cyclone tropical n'atteigne le centre du Japon, des trombes d'eau étaient tombées sur une grande partie de l'archipel ce week-end, faisant craindre une nouvelle catastrophe après un été extrêmement pluvieux.

L'agence météorologique a ainsi émis des alertes spéciales en raison de risques de glissements de terrain, inondations, vagues énormes et pluies torrentielles.

- Plus de 150 morts en trois mois -

Par précaution, les autorités ont recommandé l'évacuation de centaines de milliers d'habitants. Dans la seule préfecture de Shizuoka, 1,7 million de personnes étaient concernées. Plus de 50.000 autres avaient même reçu l'ordre de quitter leur logement.

De premiers décès étaient à déplorer, parmi lesquels probablement trois soldats américains, emportés dimanche après-midi par une mer déchaînée sur l'île d'Okinawa (sud).

"Ils prenaient des photos avec en toile de fond de gigantesques vagues fouettées par le vent", a expliqué un porte-parole de la police. Le corps de l'un d'entre eux a été retrouvé, les deux autres sont toujours portés disparus.

On était également sans nouvelles d'un surfeur de 21 ans qui se trouvait au large de Fujisawa, au sud-ouest de Tokyo.

A Yokohama, les secouristes tentaient de retrouver deux personnes manquantes, après deux glissements de terrain distincts à Yokohama.

Au moins 23 personnes ont été blessées à travers le pays, selon la chaîne publique NHK.

Au fil des heures, le typhon perdait cependant de sa puissance. Il se dirigeait dans l'après-midi vers le nord-est, où l'opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima se tenait sur le qui-vive. La compagnie gérante Tokyo Electric Power (Tepco) a suspendu les opérations et procédait à des vérifications sur le site, qui regorge déjà d'eau contaminée.

Ces trois derniers mois, plus de 150 Japonais ont trouvé la mort dans des désastres naturels dans un pays particulièrement vulnérable: cyclones tropicaux dans le sud-ouest (Halong et Neoguri), tragiques glissements de terrain à Hiroshima en août (72 morts) et éruption du mont Ontake (51 morts).

Ce volcan du centre du Japon, qui culmine à 3.067 mètres, s'est brutalement réveillé le 27 septembre. Le bilan de ce drame, le pire de ce type dans l'archipel depuis la fin de la guerre, pourrait encore s'alourdir, douze randonneurs demeurant introuvables.

 

Source :  https://fr.news.yahoo.com/japon-balayé-puissant-typhon-trois-soldats-américains-emportés-053605650.html


DERNIERS ARTICLES :
Supression
Je souhaite supprimer mon blog
Sans appel
Je supprime ce blog pour raison personnel et professionnel, dès la fin de cette semaine
Constat en France
Communiqué de Mgr Michel Mouïsse, évêque de Périgueux et deSarlat     -« L'Œuvre d’Orient » en France vient d’attirer l’attention des évêques sur les lieux chrétiens inc
Manifestation sanglante en Anatolie du Sud-Est
RAPPORT D’OBSERVATION CONCERNANT LES EVENEMENTS DE TURQUIE ET DE LA REGION SUD-EST   A l’appel du parti HDP (Pro-Kurde) en vue de protester contre la guerre à Ayn'el Arab
Condamnation à mort d'Asia Bibi confirmée
INTERNATIONAL 16.10.2014 Pakistan : la condamnation à mort pour blasphème d'Asia Bibi confirmée La haute cour de justice de Lahore a confirmé le 16 octobre au matin la s